01 Juin2016
 

L’an dernier pour la TCR j’avais hésité jusqu’au dernier moment entre deux options : nuits à l’hôtel ou bivouac.

Afin de me laisser le choix je m’étais équipé… sachant que de toute façon cela me servirait un jour…

Finalement j’avais opté pour la version « hôtel » et je n’ai pas eu à le regretter puisque, à une exception près en Slovénie, j’ai toujours pu trouver une chambre.

Cette année, pour le TransAtlantic Way (TAW) j’ai prévu l’option « bivouac ».

En effet, le parcours étant plutôt « sauvage » (il s’agit de la plus longue route côtière du monde) et les villes traversées plutôt touristiques, je ne suis pas certain de pouvoir trouver une chambre chaque soir…
Transporter son matériel de bivouac c’est également la possibilité de découper son itinéraire à sa guise, où tout au moins en fonction des circonstances…

Pour la TCR, un des arguments majeurs en faveur de l’hôtel était la nécessité de prendre une douche et de laver mes affaires après des journées de vélo par des températures tournant autour des 35°-40°…

Je doute de rencontrer de telles conditions en Irlande et pense même « bénéficier » chaque jour d’au moins une douche gratuite…

Voici donc l’équipement que j’emporte :

Matériel pour bivouaquer léger

Matériel pour bivouaquer léger (environ 2 kg en tout)

  1. « Bivy » : Outdoor Research Helium Bivy – 529 grammes
  2. Matelas pneumatique : Therm-A-Rest Neoair XLite Large – 449 grammes
  3. Pompe : Therm a Rest – NeoAir Mini Pump – 74 grammes avec les piles
  4. Sac de couchage : Me°ru’ Ultralight X-Large (acheté en Allemagne) – 799 grammes
  5. Drap-sac en soie Wilsa-Outdoor – 111 grammes

Soit un total de 1962 grammes (sans piquet – Cf. plus loin).

Remarques :

  • les liens pointent vers les sites où j’ai acheté mon matériel en 2015. Je les donne à titre purement indicatif et n’ai rien touché de qui que ce soit pour le faire…
  • les poids indiqués sont ceux que j’ai effectivement mesurés sur une balance électronique et non les poids donnés par les constructeurs/vendeurs.
  • j’indique les poids des produits tels que présentés sur la photo, à savoir avec leur emballage individuel. Les « weight-weenies » (ceux qui font la chasse au moindre gramme) peuvent gagner un peu en s’en passant…
  • mesurant 1,93 m, matelas et duvet sont en version « XL ». Les « nains » 😀 peuvent gagner du poids avec des versions adaptées à leur taille…
  • sur la photo on aperçoit des piquets de tente, il ne sont pas fournis avec le bivy. Voir plus loin dans l’article.

1. Bivy

Un « bivy » est à une tente ce qu’un studio parisien est à un loft californien. Comme une chaussette dans laquelle on rentrerait en entier…
Plus clairement un sac étanche (de préférence) dans lequel on se glisse avec son duvet.

Le modèle que j’ai choisi est en « Pertex Shield+ » (l’équivalent du Gore-Tex) et est censé être étanche et respirant…

Il possède un raffinement au niveau confort : un arceau qui pour 55 grammes (compris dans le poids indiqué plus haut) évite d’avoir la toile sur la figure si l’on dort tout fermé (pluie).

Il est doté d’une double fermeture : filet anti-insectes s’il fait beau et fermeture complète en cas de pluie…

Outdoor Research Helium Bivy

Outdoor Research Helium Bivy

Le bivy peut être fixé au sol par 5 piquets (non fournis). Il est également possible de maintenir le « toit » en tendant une cordelette (non fournie) entre le haut du bivy et un arbre par exemple.

Outdoor Research Helium Bivy

Outdoor Research Helium Bivy

Sur la photo ci-dessus j’ai utilisé 5 piquets. Finalement (voir plus loin) 4 suffisent largement (le 5ème pouvant même blesser en rentrant ou sortant).

J’utilise ces piquets à la fois très rigides et légers. 15 grammes pièce.

Piquets

Dimensions officielles de l’Helium Bivy :

Dimensions Outdoor Research Helium Bivy

2. Matelas pneumatique

Afin d’être totalement indépendant dans mes étapes, je prévois de bivouaquer.
Ceci n’implique pas de devoir forcément dormir « à la dure ».
La TAW c’est 2500 kilomètres le long de l’Atlantique, face au vent et vraisemblablement avec de « bonnes » averses…
Il me parait donc indispensable de récupérer du mieux possible chaque nuit.

Un matelas pneumatique permet non seulement de rendre le sol moins rude, mais aussi de s’isoler du froid et de l’humidité…

Matelas Therm-A-Rest Neoair XLite

Therm-A-Rest Neoair XLite

Faut-il y voir un signe : le matelas a été fabriqué en Irlande !

Matelas Therm-A-Rest Neoair XLite

Therm-A-Rest Neoair XLite – Made in Ireland

3. Pompe

Pourquoi s’escrimer à gonfler à la bouche son matelas pneumatique ?
Therm-A-Rest propose une mini-pompe spécialement étudiée pour ses matelas.

Fonctionnant avec 2 piles AAA (R3) elle permet de gonfler le matelas en 3 minutes environ.
Elle pèse 74 grammes avec les piles (poids vérifié).

Cela peut passer pour un luxe inutile… mais il faut savoir qu’il n’est pas bon de gonfler un matelas à la bouche car on insuffle en même temps de la vapeur d’eau. Ce qui est néfaste pour l’isolation thermique et surtout entraine à terme le développement de champignons à l’intérieur du matelas…

Therm a Rest - NeoAir Mini Pump

Pompe Therm a Rest – NeoAir Mini Pump

La pompe est extrêmement simple : elle démarre dès que l’on ouvre le clapet qui retire l’embout caoutchouté que l’on vient glisser sur la valve du matelas.

Therm a Rest - NeoAir Mini Pump

Pompe Therm a Rest – NeoAir Mini Pump

Therm a Rest - NeoAir Mini Pump

Ça gonfle !

Therm a Rest - NeoAir Mini Pump

Ça gonfle !

Un autre aspect intéressant en faveur de cette pompe : on « jette » le matelas dans le bivy, on connecte la pompe et on peut refermer le bivy s’il pleut, le temps que le matelas soit gonflé (aucun risque de surpression avec ce type de pompe purement « volumique »).
Avec une tente, même petite, on a assez de place pour se mettre à l’abri avec son couchage et de continuer à s’installer une fois à l’intérieur.
Un bivy c’est trop petit !

Therm a Rest - NeoAir Mini Pump

Ça gonfle !

Bon pendant que ça gonfle on peut déballer le micro-ondes et se réchauffer une pizza !
Nooon, rassurez-vous, j’irai manger au pub !

Guinness - cyclo-long-cours.fr

À la votre !

4. Sac de couchage et drap-sac

Le sac de couchage que j’emporte est un Me°ru’ Ultralight X-Large.
Il est prévu pour des températures de +11° à +7°. Survie -6°.

Le drap-sac en soie permet pour un encombrement insignifiant et un poids raisonnable d’améliorer le confort thermique et d’éviter de salir l’intérieur du sac.

Le lit est fait, il n’y a plus qu’à se coucher…

Bivouac léger et confortable

Bivouac léger et confortable !

Bivouac léger et confortable

Bivouac léger et confortable !

Bivouac léger et confortable

Bivouac léger et confortable !

Bivouac léger et confortable

Bivouac léger et confortable !

TAW 2016 - cyclo-long-cours.fr

La minute culturelle de Monsieur Cyclopède : le titre de cet article est une allusion au dicton britannique « An Englishman’s home is his castle » (mot-à-mot : « La maison d’un Anglais constitue son château »).
L’équivalent de notre dicton : « Charbonnier est maître chez soi ».

16 Mai2015
 

Depuis mes premiers BRM en 2007, j’utilise comme lampe frontale une PETZL Myobelt XP.

Lampe frontale PETZL Myobelt XP ©cyclo-long-cours.fr

À l’époque je l’avais choisie pour cette particularité : si la lampe est bien sur la tête (normal pour une frontale!), le boîtier de piles est situé au bout d’un long fil. L’essentiel du poids est donc dans une poche arrière du maillot et non pas sur la tête.

Ainsi, le poids total de la lampe (avec 3 piles R6) est de 225 grammes, mais seuls 82 grammes environs sont sur la tête. Le reste est dans une poche du maillot.
Au bout d’une nuit entière, compte-tenu de la position sur un vélo de course, limiter le poids sur la tête (ne pas oublier qu’il y a déjà le casque) c’est rendre service à ses cervicales et surtout aux muscles extenseurs de la tête et du cou…

La lampe possède trois puissances possibles d’éclairage plus un bouton « flash ». Un clapet rabattable permet également de choisir entre faisceau large ou étroit.
L’alimentation est fournie par trois piles « AA » (ou R6). Personnellement je n’utilise que des modèles rechargeables.

Lampe frontale PETZL Myobelt XP ©cyclo-long-cours.fr Lampe frontale PETZL Myobelt XP ©cyclo-long-cours.fr Lampe frontale PETZL Myobelt XP ©cyclo-long-cours.fr


De brevets divers en Diagonales cette lampe m’a toujours accompagné et j’en suis très satisfait.

Alors, pourquoi en changer ?

Si je devais partir pour une longue expédition à pied loin de la civilisation c’est clairement cette lampe que j’emporterais.
Faible poids sur la tête, possibilité d’utiliser des piles ordinaires que l’on trouve partout, grande puissance et très grande autonomie.

Alors, pourquoi en changer ???

Parce que :

  • si je peux recharger le jour, je n’ai pas besoin d’une autonomie supérieure à une nuit;
  • le boîtier dans le dos c’est bien, mais le fil est un truc satanique. Vous aurez beau faire attention lors du rangement de la lampe, vous récupérerez un tas de nœuds, le fil s’étant entortillé sur lui même et avec les sangles élastiques du serre-tête…
  • être alimenté par 3 piles (rechargeables) n’est pas très judicieux : les chargeurs de batteries R6 chargeant généralement 2 ou 4 « piles » à la fois… (À la maison j’ai un chargeur sophistiqué qui recharge précisément chaque batterie individuellement. Mais ce n’est pas un modèle à trimbaler sur un vélo…)

Je me suis donc mis en quête d’une nouvelle lampe frontale répondant au cahier des charges suivant :

  • légère !
  • monobloc;
  • rechargeable par USB;
  • autonomie minimale d’une nuit.

C’est ainsi que mon choix s’est porté sur la PETZL TIKKA RXP.

Lampe frontale PETZL TIKKA RXP ©cyclo-long-cours.fr

La lampe, monobloc, contient un accu Li-ion (1800 mAh) rechargeable par câble USB (le même que mon smartphone Samsung).
L’accu est remplaçable et il existe même (en option) un boîtier de même taille permettant d’utiliser des piles « AAA » (R3).

Lampe frontale PETZL TIKKA RXP ©cyclo-long-cours.fr

La lampe possède trois puissances : « Autonomie maximale », « Standard », « Puissance maximale » et trois types d’éclairage : « Réactif », « Constant », « Rouge ».
En mode « Réactif » la lampe adapte sa puissance à l’éclairage ambiant.

Elle pèse (vérifié) 112 grammes. Donc 30 grammes de plus sur la tête mais poids total divisé par deux par rapport à la « Myobelt XP » (225 grammes).

À noter, qu’il est possible à l’aide d’un logiciel gratuit à télécharger sur le site de PETZL, de programmer les différents niveaux de puissance de sa lampe…

Lampe frontale PETZL TIKKA RXP ©cyclo-long-cours.fr

L’autonomie, selon le constructeur, est donnée pour :

  • 10 heures en mode « Autonomie maximale »;
  • 5 heures en mode « Standard »;
  • 2h30′ en mode « Puissance maximale ».

J’ai testé cette lampe tout d’abord brièvement lors du BRM 300 de Caudan puis une nuit entière lors du BRM 400 de Guipavas.

Impeccable !
C’est cette lampe qui m’accompagnera sur la TCR !

15 Mai2015
 

Après « quelques » dizaines de milliers de kilomètres ma selle réclamait une mise à la retraite…

Devenue trop détendue (elle venait appuyer sur le chariot de selle) et impossible à retendre (la vis de réglage menaçant de sortir de son logement si j’allais plus loin) il était temps de faire quelque chose…

J’ai découvert la marque BROOKS en 1985 lorsque je me suis fait faire un vélo pour partir en Laponie.
Depuis je suis resté fidèle à cette marque pour ces selles en cuir qui me conviennent parfaitement.

J’ai donc eu l’occasion d’utiliser différents modèles depuis.

Lorsque je me suis fait faire mon vélo SEVEN Titane sur mesure en 2008 c’est naturellement vers Brooks que je me suis tourné pour choisir ma selle.

À l’époque mon choix s’est arrêté sur le modèle « B15 Swallow Titanium », ainsi nommé car ses rails sont en titane.

Brooks Swallow Titanium ©cyclo-long-cours.fr

Cette selle ayant fait de nombreux printemps, pas sûr qu’elle fasse encore un été… je me suis donc décidé pour la changer par le même modèle.

La minute culturelle :
Le mot « swallow » désigne en anglais l’hirondelle.
Il est à noter que si en français « une hirondelle ne fait pas le printemps », en anglais « one swallow doesn’t make a summer », littéralement « une hirondelle ne fait pas l’été » !
Ceux qui suivent, savent que j’utilise des pneus de la marque allemande « Schwalbe ». En allemand « die Schwalbe » désigne… « l’hirondelle » !
En allemand, comme en anglais, « eine Schwalbe macht noch keinen Sommer » : « une hirondelle ne fait pas l’été » !
En fait, l’hirondelle est souvent associée au vélo.
Ce fut une marque (produite par la Manufacture Française d’Armes et Cycles de Saint-Étienne) et le surnom donné aux agents cyclistes de la police.
Agents de police à vélo = Hirondelles
(Le vélo HIRONDELLE « Course sur route » présenté ci-contre dans Le Chasseur Français de 1922 coûtait 495 Fr avec « jantes acier nickelées » ou 520 Fr avec « jantes bois laminées » soit respectivement environ 553 € et 581 €)
Vélo de course sur route Hirondelle - 1922 ©cyclo-long-cours.fr


Une selle BROOKS n’est pas un produit industriel livré sous blister mais un produit « de luxe » fait main et livré dans un bel emballage comprenant une housse pour la pluie, une clé pour retendre le cuir et un peu de lecture :

Selle BROOKS Swallow Titanium ©cyclo-long-cours.fr Selle BROOKS Swallow Titanium ©cyclo-long-cours.fr Selle BROOKS Swallow Titanium ©cyclo-long-cours.fr


La première sortie que j’ai faite après avoir monté cette selle neuve c’est le BRM 400 de Guipavasrésultat : même pas mal !

Ah oui, BROOKS (le blog) est aussi partenaire de la TRANSCONTINENTAL RACE

A vélo, oui ! A la chaîne, Non !

Mon ancienne selle après quelques années de bons et loyaux se(r)vices… :

Ancienne selle BROOKS Swallow Titanium ©cyclo-long-cours.fr Ancienne selle BROOKS Swallow Titanium ©cyclo-long-cours.fr


06 Mai2015
 

Pour pratiquer les longues distances on a besoin de quantité de choses indispensables (un bon vélo par exemple !) et d’autres dont on peut se passer mais tout de même bien utiles…

Dans cette dernière catégorie on trouvera par exemple l’appareil photo.

J’y ajoute un autre objet minuscule et léger comme une plume : un dictaphone numérique.

Dictaphone Sony ICD-UX512 ©cyclo-long-cours.fr

Il tient dans le creux de la main, ne pèse que 60 grammes et possède une mémoire gigantesque (mémoire interne extensible par carte micro-SD).

Particulièrement utile pour mémoriser des infos tout en roulant.
Ainsi, qu’il s’agisse d’un long brevet, d’une Diagonale ou d’un raid de plusieurs milliers de kilomètres aucun soucis pour rapporter de quoi rédiger les compte rendus* !

L’appareil fonctionne avec une seule pile AAA (R3). Personnellement j’utilise un modèle rechargeable NiMh.
Et voilà un autre atout de ce dictaphone : il est doté d’une prise USB rétractable permettant tout à la fois de transférer des fichiers avec un ordinateur et/ou de recharger sa batterie !

Dictaphone Sony ICD-UX512 ©cyclo-long-cours.fr Dictaphone Sony ICD-UX512 ©cyclo-long-cours.fr

Lorsque je parle de transfert de fichiers avec un ordinateur, cela fonctionne dans les deux sens et pour tous types de fichiers.
Les fichiers sons (les notes enregistrées) peuvent être sauvegardés sur l’ordinateur mais l’appareil peut aussi servir de clé USB pour emporter des documents avec soi.

L’autonomie n’est pas un soucis pour des prises de « notes » (à moins de raconter sa vie en roulant !) mais la possibilité de recharge par USB sans même avoir besoin d’emporter un câble supplémentaire est un vrai plus.

A vélo, oui ! A la chaîne, Non !

J’ai toujours apprécié les dictaphones. Je suis certain qu’en cherchant bien je dois pouvoir retrouver les micro-cassettes de mon premier modèle qui m’avait permis de rédiger les 50 pages de compte-rendu de mon raid Brest – Cap-Nord (Laponie) en 1986…

En 2011, lors de Paris-Brest-Paris j’avais interviewé, avec un modèle numérique similaire, des participants, des bénévoles et des spectateurs le long de la route…

A vélo, oui ! A la chaîne, Non !

* comme je m’attends à des remarques de certains… toutes mes notes étant sauvegardées… il n’est pas impossible qu’un jour je comble les « trous » laissés dans mes compte rendus (les fameux panneaux « travaux »)…

15 Mar2015
 

Si j’ai effectué les 4 sorties hivernales de mon Dodécaudax Continu avec mon « vélo jaune », il est temps de reprendre le titane, la Transcontinental Race approche à grands pas !

Si je suis vraiment très satisfait de mon Seven Titane (réalisé sur mesure en 2008), après sept ans et plusieurs dizaines de milliers de kilomètres, il me démangeait d’apporter quelques aménagements…

La principale modification concerne les développements.
Le vélo est monté en Shimano Dura-Ace Triple (10 vitesses) :

  • plateaux : 30 x 39 x 52
  • cassette : 12 x 27

L’étagement de la cassette me convient parfaitement (12 – 13 – 14 – 15 – 16 – 17 – 19 – 21 – 24 – 27), en particulier les six premiers pignons consécutifs qui permettent une adaptation précise aux changements de relief tout en gardant un rythme de pédalage à peu près constant (autour de 90 tr/mn pour moi).

Pour ce qui est des plateaux… dans une pratique « longues distances » c’est clairement le 39 qui est le plus utilisé.
Contrairement à certains cyclos, je me sers du 52 mais évidemment je l’use beaucoup moins que le 39 !
Quant au 30… il m’est quasi inutile en Bretagne mais l’expérience m’a montré que pour de longs périples en montagne (comme le 1000 du Sud) il est encore trop grand !
Lorsque les cols s’enchainent, il vient un moment ou il est bon de pouvoir continuer à grimper « tranquillement » en moulinant, plutôt que de s’éreinter en danseuse ou… de mettre pied à terre!

Devant changer cassette, chaine et plateau de 39, j’en profite pour tester un nouveau choix de plateaux : 26 x 38 x 50.

1) Le passage du 39 au 38 :

J’aurais très bien pu rester en 39 puisque j’en étais satisfait!
En fait mon changement concernait avant tout les deux extrêmes, le 38 c’est juste pour être pile-poil au milieu (il y a exactement 12 dents de 26 à 38 et de 38 à 50).

Voici ce que cela donne en terme de vitesse (en km/h) pour une fréquence de pédalage comprise entre 85 et 95 tr/mn :

Braquets avec plateaux 39 et 38

Même si la différence est faible (une dent !) entre le 39 et le 38 dents, ce dernier m’offre (avec la cassette 12-27 Dura-Ace) une parfaite adaptation de 24 à 33 km/h (et un usage dès 19 km/h).

2) Le passage du 52 au 50 :

Deux dents de moins sur « la plaque », cela commence à compter!
Toujours pour une vitesse de pédalage comprise entre 85 et 95 tr/mn :

Braquets avec plateaux 52 et 50

J’ai hésité à réduire encore plus (pour un 48)… Je verrai à l’usage… mais tel quel ce plateau me permet de rouler de 28 à 50 km/h (au-delà… j’arrête de pédaler !)

3) Le passage du 30 au 26 :

C’est évidemment le changement le plus notable! Quatre dents de moins!
Dans les parcours ou le petit plateau est inutile, sa taille importe peu (!), en revanche pour de longs parcours montagneux il est toujours un moment ou le petit développement est encore toujours trop grand!
Je souhaitais descendre au « rapport 1  » (1 tour de pédale = 1 tour de roue) mais pas franchement plus bas car au-dessous je trouve qu’il devient difficile de rouler en ligne droite !

Voici une comparaison entre le 30 et le 26, mais cette fois pour une fréquence de pédalage comprise entre 55 et 65 tr/mn :

Braquets avec plateaux 30 et 26

Mine de rien, ce changement me permet (à puissance développée et fréquence de pédalage identiques) de grimper des pentes 2% plus raides (compte-tenu de mon poids total roulant = ma carcasse + le vélo + les bagages).

Bilan : 7 dents de réflexion !

Beaucoup de cogitations pour en arriver là!
Les constructeurs mettent en avant les pédaliers compacts.
Le concept est attirant mais s’il convient à un cyclo-sportif évoluant dans une région donnée (en adaptant la cassette), je n’ai pas trouvé de combinaison pouvant satisfaire aux grandes diversités de relief que l’on peut rencontrer sur un parcours de plusieurs milliers de kilomètres tout en offrant le « confort » d’une cassette parfaitement étagée (on peut descendre au rapport 1 avec un pédalier compact mais dans ce cas on se retrouve avec une cassette « pleine de trous » et je trouve cela particulièrement inconfortable).

Me voici donc avec une configuration légèrement modifiée. J’ai encore quelques mois et des milliers de kilomètres pour la valider !

Sept ans de réflexion

PS : Suite à la question de mon ami Pascal, voici le récapitulatif des vitesses atteintes pour une fréquence de pédalage de 85 à 95 tr/mn :

Braquets avec plateaux de 26, 38 et 50

De 10 à 50 km/h à ma fréquence de pédalage « nominale ».