14 mai2015
 

Trois semaines après le BRM 300 de Caudan je m’apprête à prendre le départ du BRM 400 de Guipavas.
Cette fois un départ près de chez moi.
Je me suis inscrit par courriel il y quelques jours aussi je n’ai pas besoin d’arriver très en avance.
Le départ est prévu à 18h00, plus tôt qu’en 2011 où nous étions parti à 20h00.
Le parcours en revanche n’a pas changé.

9-10 mai 2015 : BRM 400 de Guipavas (29) ©cyclo-long-cours.fr

Je crois que j’aurais préféré partir à 20h00 (voire plus tard encore) histoire de dormir un peu avant le départ… Là je me suis contenté d’une bonne ration de pâtes avant de m’allonger une heure
dans le noir. Je pars en déficit de sommeil mais c’est classique !

Un brevet de 400 kilomètres qui part le soir implique de passer la nuit sur le vélo, on aime ou pas mais l’exercice est « obligatoire » dans le cadre d’une préparation à Paris-Brest-Paris
Comme la plupart je suis certes là pour valider un BRM en vue de mon inscription à PBP mais je suis surtout là pour continuer à me préparer à la TCR et à valider des choix matériels.
Cette fois je vais avoir l’occasion de tester sur une nuit entière ma nouvelle lampe frontale inaugurée brièvement au départ du 300.

Je pars également avec une selle neuve. Je ne teste pas le modèle puisqu’il s’agit du même que l’ancienne (Brooks Swallow avec rails en titane) mais celle-là sort directement de sa boîte…
Qu’en penseront mes fesses à l’arrivée ?

En récupérant ma carte de route je m’informe du pointage des contrôles de nuit.
Comme en 2011, un camping-car de l’organisation sera bien présent à Lézardrieux (km 178).
Pour Quintin (km 232) il faudra se débrouiller…
Les années avec PBP les brevets sont nombreux et les participants aussi !
C’est l’occasion de revoir pas mal de têtes connues !

9-10 mai 2015 : BRM 400 de Guipavas (29) ©cyclo-long-cours.fr

Il est toujours intéressant d’observer les choix des uns et des autres en terme d’équipement…
Pour être le plus léger possible beaucoup partent avec très peu de bagages et sont déjà habillés pour la fraicheur de la nuit…
Je dois être le seul en maillot manches courtes… À tel point que plusieurs me demandent si je n’ai pas froid et qu’un membre de l’organisation me met en garde contre le froid durant la nuit…
Je le rassure en lui disant que je ne suis pas un débutant et que je trimballe de quoi m’habiller chaudement !
Je me demande d’ailleurs comment font certains pour rouler habillés comme ils le sont alors que la température est encore fort agréable…
En effet, alors que la journée a commencé sous un ciel chargé et du crachin, la météo s’est nettement améliorée et pour le départ c’est l’éclaircie.

18h00, c’est parti !

Tout d’abord sur des routes bien connues.

9-10 mai 2015 : BRM 400 de Guipavas (29) ©cyclo-long-cours.fr

9-10 mai 2015 : BRM 400 de Guipavas (29) ©cyclo-long-cours.fr

9-10 mai 2015 : BRM 400 de Guipavas (29) ©cyclo-long-cours.fr

Cette première étape est facile. La plus cool en terme de relief, juste la traversée de deux agglomérations avec la circulation du samedi soir.

9-10 mai 2015 : BRM 400 de Guipavas (29) ©cyclo-long-cours.fr

Objectif premier contrôle à Morlaix (km 51) après avoir traversé Landerneau et Landivisiau.

9-10 mai 2015 : BRM 400 de Guipavas (29) ©cyclo-long-cours.fr

À Morlaix je n’ai pas l’intention de perdre trop de temps. Malgré tout je profite de l’arrêt pour consommer un grand café. Je ne trouve pas correct de réclamer un « coup de tampon » et de repartir aussi sec sans consommer. Après « on » se plaint de la disparition des petits commerces…
Morlais est un contrôle « touch and go » : on ne traverse pas la ville mais on repars en sens inverse pour cette fois attaquer l’ascension vers Carhaix, contrôle suivant (km 98).
Bon, lorsque je parle d’ascension, ce n’est pas l’Alpe d’Huez non plus, hein !

9-10 mai 2015 : BRM 400 de Guipavas (29) ©cyclo-long-cours.fr

9-10 mai 2015 : BRM 400 de Guipavas (29) ©cyclo-long-cours.fr

J’ai prévu d’arriver à Carhaix avant la nuit afin de n’avoir à m’équiper pour celle-ci qu’en repartant du contrôle.
Pari gagné.
Cette fois je profite de l’arrêt pour manger. Je suis parti avec six sandwichs au jambon + un sachet de petits saucissons pour apéritif (entre autres. J’ai 1,2 kg de nourriture dans ma sacoche).
Je commande un Coca et avale un sandwich et demi.
Un grand café, un tour aux toilettes et je m’équipe pour la nuit.
Un sous-vêtement chaud et un maillot manches longues en remplacement du maillot manches courtes.
J’enfile également une paire de gants légers (j’en ai des plus chauds au cas où, mais cela ne me semble pas utile pour l’instant du moins).
(Pour le cuissard je suis parti avec un corsaire).
Je m’équipe de ma frontale et c’est parti pour 80 kilomètres jusqu’à Lézardrieux.
Jusqu’à Guingamp j’ai vraiment bien chaud. Tout va bien. Je suis parfaitement dans un timing global de 18 heures, arrêts inclus évidemment, même si le temps n’est pas ma préoccupation.

Sur la fin de l’étape, la proximité du Trieux et la forte humidité de l’air ambiant font que je commence un peu à cailler… mais cela reste supportable et je préfère attendre le contrôle pour enfiler ma veste Gore-Tex.

À Lézardrieux le camping-car est bien là, sur le même parking qu’il y a quatre ans.
Je donne ma carte à valider et enfile aussitôt ma veste Gore-Tex.

Sous l’auvent du camping-car des tables sont dressées avec des boissons chaudes, de la soupe, du quatre-quart, et des bouteilles d’eau pour refaire le plein des bidons.
Je prends du thé chaud histoire de changer du café.

Je me force à absorber un demi-sandwich et quelques petits saucissons (qui passent mieux !).

Et c’est reparti pour 54 kilomètres jusqu’à Quintin.
Contrairement à ce qu’indique la feuille de route il ne faut pas emprunter la D7 qui est interdite aux vélos (c’est devenu une voie-express) mais slalomer autour sur des petites routes. Mais c’est bien indiqué.

Hormis pour les plus lents qui arriveront à Quintin après l’ouverture des boulangeries ce contrôle est le seul qui « pose problème ».
Il est d’ailleurs drôle que certains s’en tiennent encore à la validation par carte postale envoyée à l’organisation : il y a belle lurette que La Poste n’appose plus de tampons personnalisés pour
chaque commune… quant au fameux « cachet de La Poste faisant foi » : que l’on passe à 3 heures du mat’ le dimanche ou à 6 heures le lundi… ce sera de toute façon celui de la levée du lundi !
En entrant dans Quintin je prends une photo de mon vélo devant le panneau de la commune et décide de doubler la preuve par un retrait bancaire.

9-10 mai 2015 : BRM 400 de Guipavas (29) ©cyclo-long-cours.fr

Les portes de la première agence devant laquelle je me présente refusent de s’ouvrir. Je file vers une suivante. J’y retrouve d’autres cyclos.
Il y a un distributeur extérieur et d’autres à l’intérieur.
Je tombe de sommeil, et j’ai plein de temps devant moi. Je décide de m’octroyer un roupillon style SDF…
Je rentre avec mon vélo dans le sas bancaire, retire 20 euros histoire d’avoir un ticket portant mon nom, la date, l’heure et la commune puis m’allonge par terre !

Autant en entrant dans le sas je trouvais qu’il faisait bon à l’intérieur, autant une fois sur le sol je commence à grelotter ferme !
On dirait une carpe que l’on vient de sortir de l’eau !
J’insiste et fini par m’endormir !

Lorsque je me réveille il fait quasiment jour. Je reprends la route en espérant trouver rapidement un café d’ouvert… sans me faire trop d’illusions…
Première difficulté, trouver la sortie, la bonne (!) de Quintin…
Le vent, sans être très violent, n’en est pas moins contraire.
En chemin je rattrape un groupe de cyclos qui eux n’ont pas dormi…
Il fait suffisamment jour, je retire ma lampe frontale. C’est clair elle tient sans problème une nuit. Elle est donc approuvée pour la TCR !

Comme chaque fois je roule au ralenti en attendant mon premier café du matin…
Ce n’est qu’à Rostrenen (km 270), en m’écartant de la route, que je trouve enfin un bar-PMU ouvert. Vive les jeux d’argent !
Je suis bientôt rejoins par un certain nombre de cyclos bien contents eux aussi de l’aubaine.
Je prends mon temps. Un Coca pour me forcer à faire passer un sandwich, puis un grand café et enfin un Perrier.
Les autres sont repartis. D’autres sont arrivés. Je ne m’affole pas, je sais qu’une fois « réveillé » le rythme va revenir et de toute façon j’aime rouler seul.

Je quitte Rotrenen. Petit à petit je me réveille.

9-10 mai 2015 : BRM 400 de Guipavas (29) ©cyclo-long-cours.fr

9-10 mai 2015 : BRM 400 de Guipavas (29) ©cyclo-long-cours.fr

Finalement, dans le ciel des « nuages bleus » semblent vouloir se frayer un chemin…

9-10 mai 2015 : BRM 400 de Guipavas (29) ©cyclo-long-cours.fr

9-10 mai 2015 : BRM 400 de Guipavas (29) ©cyclo-long-cours.fr

Je me remets en maillot manches courtes et repars à bon rythme.
Notre parcours passe par le col de Toullaëron (266 m) !

9-10 mai 2015 : BRM 400 de Guipavas (29) ©cyclo-long-cours.fr

Maintenant ça y est, enfin, il fait beau !

9-10 mai 2015 : BRM 400 de Guipavas (29) ©cyclo-long-cours.fr

J’arrive à Châteaulin (km 352).

J’aperçois trois vélos appuyés à la façade d’un bistro. Je m’y arrête également, fait valider ma carte et commande un Coca. Histoire de faire passer un sandwich.
Je refais le plein d’un bidon afin d’être tranquille jusqu’au bout. Il ne me reste qu’une cinquantaine de kilomètres. Des routes bien connues et… bien vallonnées !
Mais tout d’abord le parcours longe l’Aulne jusqu’à Port-Launay.

9-10 mai 2015 : BRM 400 de Guipavas (29) ©cyclo-long-cours.fr

9-10 mai 2015 : BRM 400 de Guipavas (29) ©cyclo-long-cours.fr

Finalement je termine ce brevet avec cinq heures de marge sur le délai (mais en ayant bien profité des arrêts!).

Bilan : 408 kilomètres pour environ 4000 mètres de dénivelé positif cumulé.

Pas de soucis particuliers malgré une selle neuve au départ !

10 mai2015
 

Finalement nous avons eu un temps sec.

C’est de nuit que le ciel a été le plus dégagé avec plein d’étoiles !

Bon, c’est l’exercice que j’affectionne le moins : une nuit blanche (sur le vélo ou pas).
Je dors peu toute l’année mais ce peu là j’en ai besoin !

Parti déjà en dette de sommeil j’ai bien roulé (généralement seul, par choix) jusqu’à Quintin (km 232, 4ème contrôle).
Là j’ai décidé de roupiller dans un distribanque…
Pas facile d’autant que sur le carrelage j’étais gelé… Mais j’y suis arrivé !
Du coup j’étais ensuite « dans le pâté » pour quelques heures…
Et puis lorsque le soleil a daigné se pointer, la forme est revenue !
Je finis donc plus tard que ce que je prévoyais mais avec cinq heures de marge, c’est suffisant.

Après ? Bonne douche, un Magnum (glace), une bonne sieste et enfin une énorme soupe de vermicelles !

Au dodo !

09 mai2015
 

Ce samedi 9 mai 2015, à 18h00, je prendrai le départ du BRM 400 de Guipavas.

Distance officielle : 401 kilomètres.
Le délai pour un 400 étant étant de 27 heures, il convient d’être rentré pour demain 21 heures…

9-10 mai 2015 : BRM 400 de Guipavas (29) ©cyclo-long-cours.fr

Cinq contrôles intermédiaires :

  • Morlaix (km 51)
  • Carhaix (km 98)
  • Lézardrieux (km 178)
  • Quintin (km 232)
  • Châteaulin (km 352)

J’avais déjà réalisé ce brevet en 2011. (Cette année là, le départ avait eu lieu à 20h00)

Pour l’instant : léger crachin et ciel uniforme…

9 mai 2015, 14h00 le ciel... ©cyclo-long-cours.fr

09 mai2011
 

Ce weekend avait lieu le BRM 400 de Guipavas, près de Brest (29).

Ce brevet fait partie de la série qualificative (200/300/400/600) pour le Paris-Brest-Paris.

Le départ est prévu le samedi 7 mai à 20 heures pour une arrivée le dimanche avant 23 heures, le délai pour un 400 étant de 27 heures.

Dans la série des quatre brevets imposés pour pouvoir s’inscrire au Paris-Brest-Paris, le 400 passe pour être le plus difficile car il implique une nuit blanche sur le vélo. Le brevet de 600 kilomètres n’étant « que » deux journées à 300 kilomètres coupées par quelques heures de sommeil réparateur (sauf pour les meilleurs qui abattent les 600 kilomètres en moins de 24 heures ni pour les plus lents qui n’ont pas le temps de se reposer et qui vont galérer pendant 40 heures…).

C’est la première fois que je participe au 400 organisé par Guipavas. En 2007 j’avais réalisé ce brevet au départ de Carhaix. Cela dit, un certain nombre de tronçons du parcours me sont parfaitement connus.

7-8 mai 2011 : BRM 400 de Guipavas (29)

Un des problèmes avec les parcours de nuit est la gestion des contrôles. En effet ceux-ci ont normalement lieu dans des commerces (généralement ceux dans lesquels on peut se ravitailler !). La nuit, tout étant fermé, il n’y a pas moyen de se ravitailler et la preuve du passage doit se faire par un autre moyen (envoi d’une carte postale, photo devant le panneau d’entrée de la ville…) à moins que le contrôle ne soit effectué par l’organisation elle-même…

Pour ce 400, quatre des cinq contrôles intermédiaires vont avoir lieu de nuit…
Je me fait un plan de route avec une arrivée le dimanche pour 18 heures soit cinq heures de marge.
Mon intention est de rouler à bon rythme jusqu’à Carhaix (Km 98 – contrôle 2) pour y être vers minuit et profiter d’une bonne pause ravitaillement avant la fermeture des bars.
Ensuite je compte rouler cool pour éviter d’arriver à Quintin (Km 232 – contrôle 4) avant 08h00 le dimanche car je sais par expérience que généralement rien n’est ouvert avant…
Le soucis reste donc le contrôle de Lézardrieux (Km 178 – contrôle 3).

Contrairement au 200 (Trévé-22) et au 300 (Plémet-22) que j’ai été faire dans les Côtes d’Armor, cette fois je participe à un brevet tout de prêt de chez moi. J’arrive donc une demi-heure avant le départ.

Je récupère ma carte de route et apprends deux nouvelles :

  • une petite modification du parcours avant Lanvollon (Km 203), la route initialement prévue étant maintenant interdite aux vélos…
  • l’organisation assure le contrôle de Lézardrieux !

Dans les participants je repère Vincent, diagonaliste et membre du forum Super Randonneur. C’est avec plaisir que je vais le saluer.

7 mai 2011, BRM 400 de Guipavas

20h00 : c’est parti pour 400 kilomètres !

Depuis quelques jours la météo est assez instable avec de bonnes averses orageuses et de bons coups de vent. Nous partons sous un ciel chargé et de grosses goutes éparses…
La première partie est la plus facile en terme de relief : Landerneau, Landivisiau, nous sommes dans la vallée de l’Elorn, c’est facile. Les premières bosses arrivent ensuite en chemin pour Morlaix, mais rien de bien méchant.
J’arrive au contrôle de Morlaix, valide ma carte, fixe ma lampe frontale sur mon casque et repars illico, mon objectif étant un bon ravitaillement à Carhaix avant la fermeture des bars.

A vélo, oui ! A la chaîne, Non !

Si le temps n’est pas terrible, en revanche il ne fait pas froid. Je suis parti en cuissard court et manches courtes et compte le rester jusqu’à Carhaix. En effet maintenant ça monte ! La partie Morlaix-Carhaix est même assez atypique pour la région : de la longue montée continue plutôt qu’une succession de montées-descentes comme on a généralement dans la région.

D’un coup le ciel se lâche : je suis trempé mais ne change rien à mon équipement. Le relief m’évite de refroidir et le reste de vêtements restent au sec pour la pause à venir.

En arrivant à Carhaix à minuit comme prévu, je repère dès l’entrée le camping car de l’organisation ! Je valide le contrôle mais décide de maintenir mon projet d’une pause ravitaillement avant « la nuit ».
Je fais le difficile, le premier bar ne me dit rien, le second expulsant une musique bretonne tonitruante ne me convient pas non plus, je m’arrête au troisième (de toute façon s’était apparemment le dernier d’encore ouvert…).
Je pause mon vélo sur la terrasse contre une table à l’abri de la bâche et… hésite un peu. Il y a plein de monde, certains déguisés, c’est bruyant… puis je me dis qu’il n’est pas raisonnable de repartir le ventre vide et de toute façon je n’ai aucun intérêt à prendre de l’avance en pleine nuit. Je rentre donc…
La première chose qui me frappe à l’intérieur (en dehors de gens déguisés) c’est… un cadre de vélo accroché au mur ! Un peu plus au fond il y a même un vieux vélo…
Arrivé au comptoir, le barman, me voyant, brandit illico son tampon ! Inutile, ma carte est déjà validée !
Je commande un coca. Le barman m’apporte un pleine assiette de toasts : saucisson, jambon, pâté… « il faut prendre des forces me dit-il » !
Il m’apprend qu’ils fêtent les un an du bar.
L’ambiance est bon enfant, pas du tout le style « pochetrons qui font la fermeture » mais plutôt étudiants sympa qui passent une bonne soirée.
J’aurais l’occasion de discuter avec plusieurs d’entre-eux, beaucoup connaissent le Paris-Brest-Paris (Carhaix est ville-étape de l’épreuve avant et au retour de Brest), tous sont admiratifs.

Je commande un grand café, il m’est offert par la maison !
Je souhaite refaire le plein de mes bidons, le barman me propose d’y rajouter du sirop !
Je ne regrette pas de m’être arrêté ici ! Quel accueil ! Un excellent souvenir, tout à fait dans l’esprit de ce que je cherche à faire : trouver un moyen terme entre « foncer comme un dingue » sur son vélo et baguenauder sur sa bicyclette. La « troisième voie » (?!) entre cyclosportif et cyclotouriste.

BRM 400 de Guipavas, contrôle de Carhaix BRM 400 de Guipavas, contrôle de Carhaix

Lors de ma diagonale Perpignan-Brest j’avais été tellement choqué par l’accueil lamentable d’un bistrotier de Châteaulin qui avait catégoriquement refusé de tamponner mon carnet de route que je me permets de conseiller vivement de vous arrêter au P’tit Bar de Carhaix, d’autant qu’il est situé sur notre route (26 rue des Martyrs). Donc si le contrôle est bondé lors de Paris-Brest-Paris, un peu plus loin il y a une adresse sympa !

Le P'tit Bar à Carhaix Le P'tit Bar à Carhaix

Bon, ce n’est pas fini ! Il est 01h00 et il me reste 300 kilomètres à faire !

J’enfile mes jambières, mon maillot manches longues et c’est parti pour Lézardieux. 80 kilomètres.

A vélo, oui ! A la chaîne, Non !

Vu la longueur de mon arrêt je me dis que tous le monde a dû me passer devant. Aucune importance, je suis mon plan de route.

Je mets tout de même un peu le turbo dans les premiers kilomètres car il faut réchauffer la machine. Il pleuviote plus ou moins, mais cela reste correct.
En chemin j’aperçois des lueurs sur la route : tout un groupe de cylos arrêtés, en train de faire une pause ! Décidément je préfère ma méthode : pas d’arrêt entre les contrôles, mais profiter à fond de ceux-ci.

En traversant Guingamp (Km 146), en franchissant un carrefour, je vois sur ma gauche, un autre groupe arrêté au feu rouge ! Je sais maintenant que j’ai remonté pas mal de monde (à l’insu de mon plein gré !).

Le ciel s’est petit à petit dégagé, une myriade d’étoiles est bien visible. C’est beau une nuit à vélo !

En arrivant à Lézardrieux, troisième contrôle (Km 178), le camping car de l’organisation est bien là, à l’entrée de la ville sur un petit parking.
Certes c’est un contrôle, il y a bien le coup de tampon sur la carte de route MAIS : c’est un ravitaillement du tonnerre !
Sandwiches, soupes chaudes, quatre-quart, café, plein des bidons… à 4h00 du mat’ sous les étoiles ! Quand je pense que certains sont bêtement sous une couette !!!

BRM 400 de Guipavas : le contrôle de Lézardrieux

Un grand merci aux bénévoles. Un contrôle avec un tel ravitaillement, à 180 kilomètres du départ (donc ouvert de 01h14 à 07h52…) chapeau !

A vélo, oui ! A la chaîne, Non !

Rassasié je reprends ma route sans attendre le groupe qui s’apprête à repartir. Les premiers kilomètres se font en grelotant, il faut le temps de se réchauffer musculairement pour compenser l’effet du vent sur les vêtements humides (et les pieds trempés…).
Mon objectif suivant est Quintin à 54 kilomètres où j’espère prendre un petit déjeuner.
En attendant il faut d’abord atteindre Lanvollon sans suivre la feuille de route initiale, celle-ci nous faisant passer par une portion désormais interdite aux vélos.
Au départ on nous a distribué une feuille avec le détour à suivre. J’avoue ne l’avoir même pas regardée. Le flair, la signalisation et le GPS m’ont permis de m’y retrouver sans problème particulier.

Dans Lanvollon (Km 203) je rejoins un groupe. Je roule avec eux jusqu’à Quintin (Km 232).

Quintin est normalement une jolie citée, mais en ce dimanche matin au ciel bien lourd, 8 mai de surcroît, l’endroit parait bien vide et triste. Pas un bar d’ouvert, la seule trace de vie s’est recroquevillée dans la boulangerie. Je ne suis pas sûr qu’il restait la moindre viennoiserie pour les habitants à leur lever, nous avons tout dévalisé !
Oui, mais. Après une nuit à vélo, des croissants c’est bon assis au chaud devant un bon café. Là nous nous retrouvons debout dehors, sous un ciel peu engageant.
Je mange un croissant sur place, range le reste et décide de reprendre la route immédiatement en m’arrêtant dans le premier café ouvert.

A vélo, oui ! A la chaîne, Non !

Il faudra atteindre le village suivant, Corlay (Km 247), pour enfin trouver un bistrot ouvert. Il était temps, le déluge reprend !
Le patron a de quoi se réjouir d’avoir ouvert. Son chiffre d’affaire a du faire un bon inespéré ce jour là, vu le nombre de grands cafés qu’il nous a servi !

Je déjeune d’une demi-baguette aux céréales et de deux grands cafés, refait le plein de mes bidons, laisse repartir le groupe, il n’y a pas le feu je suis en avance sur mon planning !
Lorsque je repars, l’averse à quasiment cessée.

Le prochain contrôle (le dernier avant l’arrivée) est à Châteaulin (Km 352). L’étape Quintin-Châteaulin étant la plus longue, 120 kilomètres.

Notre ennemi est maintenant clairement le vent. Et plus nous allons nous rapprocher des côtes sud-ouest plus son effet défavorable va se faire nettement sentir.

« Des courants d’air » titre le Télégramme pour sa page météo du 8 mai :

Le Télégramme : météo du 8 mai 2011

Des rafales à 50-60 Km/h sont au menu de la journée.

En superposant notre parcours avec la carte météo de ce dimanche voilà ce que cela donne :

BRM 400 de Guipavas et météo du 8 mai 2011

Si le relief a été relativement facile depuis le départ (hormis le tronçon Morlaix-Carhaix), les derniers 130 kilomètres à partir de Rostrenen (Km 270) vont se charger de nous rappeler que si la Bretagne n’a pas de montagnes, elle est tout sauf plate.

Après Gourin (Km 300) nous franchissons le col de Toullaëron (266 m).

Arrivé à Spézet (Km 312) j’ai malgré tout une bonne heure d’avance sur mon tableau de marche. Je ferais bien une pause repas mais ce jour est particulier : c’est un dimanche et c’est le 8 mai. Depuis ce matin, en dehors des boulangeries et de quelques bars, tout est fermé. Or j’ai très envie de salé. Marre des viennoiseries !
En désespoir de cause j’achète des crêpes à emporter, trouve un banc en plein soleil devant la mairie (et un pub irlandais dans lequel je m’interdit d’entrer !) et décide de m’octroyer une petite sieste.

Lorsque je me décide à repartir, le patron du pub vient me voir. On discute un peu et il me propose spontanément de refaire le plein de mes bidons (non, non, pas de whiskey ni de Guinness !!!).

40 kilomètres de bosses et fort vent défavorable plus loin, j’arrive enfin à Châteaulin, dernier contrôle, au moment où une forte radée se déclenche…

Je me précipite dans une pâtisserie/salon de thé (pas de bar ouvert dans mon secteur) et commande un grand café avec un kouign-amann (gâteau breton composé de 80% de sucre et 120% de beurre salé – au moins 😉 ).

A vélo, oui ! A la chaîne, Non !

Il ne me reste plus que 50 kilomètres avant l’arrivée (le même trajet que la fin de ma diagonale Perpignan-Brest jusqu’au pont Albert Louppe).

J’avais établi un plan de route pour arriver à 18 heures, je termine en fait à 17h45. J’aurais pu finir plus tôt (même avec ce vent) puisque j’ai plusieurs fois « trainé » en route.

A vélo, oui ! A la chaîne, Non !

Bilan : 406 kilomètres et 3746 mètres de dénivelé cumulé soit une moyenne de 922 m / 100 Km. Comme lors du BRM 200 de Trévé, mais moins que lors du BRM 300 de Plémet.

08 mai2011
 

Dernier contrôle avant l’arrivée !
Arrivé sous l’orage !
Pas de bar ouvert, je valide dans un salon de thé avec un grand café et du Kouign-Amann (2/3 sucre et 3/4 beurre salé !!!)…

Dehors c’est la tempête !!!