Roland

30 Juin2017
 

En dehors des années où Paris-Brest-Paris a lieu (la prochaine sera 2019), rares sont les organisateurs à proposer des BRM. A fortiori des brevets de 1000 kilomètres.

Mais il se trouve quelques irréductibles organisateurs à proposer chaque année la batterie complète des BRM.
Yvan est de ceux-là.

Yvan (le Terrible !) est le fondateur du forum Super Randonneur.
J’ai rencontré Yvan pour la première fois le 28 septembre 2009 lors de ma Diagonale Brest-Menton alors qu’il était venu à ma rencontre avec un ravitaillement fort apprécié !
Un an plus tard j’accompagnais Yvan au départ de sa Diagonale Brest-Perpignan.

Yvan organisant les brevets au départ de sa commune, Ménigoute (département des Deux-Sèvres – 79), à quasiment 500 kilomètres de chez moi, il ne serait évidemment pas rationnel d’aller y participer. Aussi, j’avoue ne pas avoir détaillé les parcours des BRM qu’il organisait cette année…
Mais, par chance, « Pierrot29 » du forum veillait, me signalant fort opportunément que le BRM 1000 de Ménigoute passait par La Forest-Landerneau !

Sur suggestion de Pierrot29, et avec l’accord d’Yvan, nous décidons d’organiser un « Contrôle-Ravitaillement » à La Forest-Landerneau, soit au kilomètre 489 du brevet. Quasiment à mi-parcours.
Lorsque la décision a été prise, il y a maintenant de nombreuses semaines, la météo ne nous était bien évidemment pas connue…

Il y huit jours c’était encore la canicule…

Oui mais entre-temps les choses ont radicalement changé !

30 juin 2017 : contrôle-ravitaillement 1000 de Ménigoute - La Forest-Landerneau km 489

30 juin 2017 : contrôle-ravitaillement « 1000 de Ménigoute » – La Forest-Landerneau km 489

Le brevet part de Ménigoute le jeudi 29 juin, passe par La Forest le vendredi 30, les deux jours les plus affreux de la semaine en terme de pluie et de vent !

Nous disposons nos véhicule de façon à abriter du mieux possible nos valeureux cyclos.

30 juin 2017 : contrôle-ravitaillement 1000 de Ménigoute - La Forest-Landerneau km 489

30 juin 2017 : contrôle-ravitaillement « 1000 de Ménigoute » – La Forest-Landerneau km 489

Si les brevets sont rares les années hors Paris-Brest-Paris, les participants le sont encore plus !
Ils ne sont que sept au départ du 1000 de Ménigoute. Yvan inclus.

Notre contrôle-ravito étant situé au kilomètre 489, les participants doivent y passer le vendredi 30 entre 1h06 et 18h36.
Afin d’éviter de rester « sur zone » durant une telle plage horaire pour si peu de participants, il a été convenu avec Yvan que ceux-ci m’enverront un sms lorsqu’ils quitteront le contrôle précédant (Carhaix – kilomètre 416).
Cette disposition s’avérera particulièrement judicieuse. Les déluges et le vent de face de la nuit ayant bien retardé nos cyclos.

Comme prévu le premier à passer sera Yvan, à 11h00. Bien plus tard qu’il l’avait escompté mais avec une bonne marge sur les délais.

30 juin 2017 : contrôle-ravitaillement 1000 de Ménigoute : arrivée d'Yvan

30 juin 2017 : contrôle-ravitaillement « 1000 de Ménigoute » : arrivée d’Yvan

Un participant a la gentillesse de me prévenir qu’il a fait demi-tour avant Carhaix, inutile de l’attendre.

À midi et demi un groupe de trois cyclos arrive : Pierre, Chérif et David.

30 juin 2017 : contrôle-ravitaillement 1000 de Ménigoute : arrivée de Pierre, Chérif et David

30 juin 2017 : contrôle-ravitaillement « 1000 de Ménigoute » : arrivée de Pierre, Chérif et David

À 14h15 c’est au tour de Michel, suivi quelque temps plus tard de Jean-Marie en « vélo couché ».

30 juin 2017 : contrôle-ravitaillement 1000 de Ménigoute : arrivée de Michel

30 juin 2017 : contrôle-ravitaillement « 1000 de Ménigoute » : arrivée de Michel

30 juin 2017 : contrôle-ravitaillement 1000 de Ménigoute : arrivée de Jean-Marie

30 juin 2017 : contrôle-ravitaillement « 1000 de Ménigoute » : arrivée de Jean-Marie

Je crois pouvoir dire sans trop de risque que notre ravito a été apprécié !
Les sourires des participants contrastant nettement avec le côté pour le moins maussade de la météo !

Merci à Pierrot29 pour cette journée de chaleur humaine et les produits bios ayant nourri nos courageux cyclistes (et nous même !)

Un GRAND MERCI également à Isabelle et Christophe pour l’électricité sans laquelle nous aurions eu du mal à fournir les boissons chaudes, si bienvenues en ce 30 novembre juin !

Aurais-je, à l’insu de mon plein gré (!), rapporté un petit échantillon de la météo irlandaise subie lors de la TAW ???

16 Juin2017
 

Oui, j’ai écrit « petit-déjeuner » et pas « breakfast » car ce matin je reviens à la « normale ».

Notre logement est simple mais bien pratique (chambre universitaire) puisque nous avons le droit de mettre le velo dans la chambre (individuelle va s’en dire).

Mais nous sommes un peu excentré et hier soir avons du nous taper une trotte avant de trouver un endroit sympa où manger.

En Irlande on trouve des supérettes un peu partout, souvent intégrées à des stations service, mais pas que.

Dans chacune d’elles il y a un coin où l’on peut s’assoir pour manger (ils vendent des plats cuisinés particulièrement adaptés à ceux qui suivent un régime grossissant…).

Maintenant que j’ai fini de pédaler, il est hors de question de continuer à ingurgiter les mêmes raisons grassouillettes…

Juste en sortant de notre citée U il y a une telle supérette « Centra ».

J’ai donc fait des emplettes pour me concocter un petit-déjeuner culturellement « normal ».

Pour le beurre, je n’ai pas trouvé moins gros (mais on dispose d’un frigo à la chambre). À ce sujet, les quantités sont dosées curieusement :

De quoi faire rire la vache…

15 Juin2017
 

Grâce au radiateur électrique de la chambre j’ai plus ou réussi à faire sécher chaussettes et chaussures.

Équipé de mon cuissard de rechange gardé précieusement propre et sec et au T-Shirt et à la polaire achetés à Blarney j’ai pu me mettre en marche vers le centre ville.

Je suis venu avec un collègue Britannique ayant fini quant à lui en train.

Une excellente pizza concoctée sur mesure et de la Guinness sont au menu.

J’avoue avoir fait une bonne grosse sieste cet après-midi…

15 Juin2017
 

Installé avant 16h00 dans ma chambre d’étudiant à Cork.

J’y reste pour les deux nuits avant mon ferry retour.

Par chance le radiateur électrique fonctionne. Je vais pouvoir tenter de faire sécher mes affaires et en particulier mes chaussures.

Huit jours que j’ai les pieds et le cuissard de trempé.

J’ai un cuissard et une paire de socquettes propres et secs. Les deux seules choses que j’emporte en double.

Pour le haut je me suis acheté un T-Shirt et un gilet polaire à Blarney. Histoire d’être plus discret et moins frigorifié que ces derniers temps.

Le debriefing viendra mais j’aurais fait environ 1700 kilomètres sous le vent et la flotte (une seule journée a été totalement exempte de pluie).

Finalement, la seule qui se soit régalée, c’est Froggie ma grenouille !

Pour ma prochaine tenue, j’envisage de la remplacer par un lézard…