20 Jan2017
 

Le vélo est-il un « sport complet » ?

Certains le pensent…

Si c’est votre cas, et que vous pratiquez le cyclisme, je vous suggère le test suivant :

  • Allez courir 10 kilomètres;
  • faite 30 pompes, 30 flexions, 30 abdos et 15 tractions;
  • allez nager 3 kilomètres.

Résultat :

  1. Vous n’avez pas réussi l’intégralité du programme et pourtant vous êtes un cycliste de bon niveau : c’est la preuve que le cyclisme n’est pas un « sport complet ».
  2. Vous êtes allé au bout des épreuves mais le lendemain vous avez « mal partout » : vous devez bénéficier de l’apport de votre activité professionnelle ou des restes d’une activité physique passée, mais si vous vous contentez du vélo, cela ne durera pas longtemps…
  3. Vous avez passé le test sans problème et sans douleurs : il est certain que vous ne comptez pas que sur le vélo pour vous maintenir en forme !

Bon, c’est clair, le vélo n’est pas un sport complet…

So, WTF ?

comme dirait Donald (non, pas le canard, le co…)

[ WTF (What the f*ck) : qu’est-ce que ça peut fo*tre ? ]

Oui après tout, « mon truc c’est le vélo, qu’est-ce que j’en ai à faire des pompes et du reste ? » pensez-vous peut-être…

Et bien, tout dépend…

  • avez-vous envie de maintenir votre intégrité physique ?…
  • quel type de cyclisme voulez-vous pratiquer ?…

Pour ce qui est du vélo.

Plus vous voudrez vous attaquer aux « longues distances » moins la seule pratique du vélo sera suffisante.

Je m’explique :

  • Pour aller vous « tirer la bourre » avec les copains sur 120 kilomètres vous avez intérêt à être puissant et donc à développer vos pattes arrières…
    Si demain vous avez des courbatures, c’est pas grave, la prochaine sortie c’est dimanche prochain.
  • Pour boucler un BRM, fut-il de 1000 kilomètres, cela ne vous prendra pas plus de trois jours. Vous ressentirez peut-être des douleurs dans le dos, la nuque, les épaules, les mains… mais avec un peu d’habitude vous aurez bouclé le brevet avant que cela ne devienne insupportable…
  • Si vous voulez vous attaquer à une épreuve beaucoup plus « ultra », vous entrainer à pédaler ne suffira pas… (La TAW c’est 2 Paris-Brest-Paris, la TCR près de 3,5 et en totale autonomie…)

Si vous allez rouler 100 kilomètres, même quatre fois par semaine, à la fin de l’année vous aurez un kilométrage à faire pâlir d’envie tous vos copains mais… vous ne serez jamais resté plus de 3 à 5 heures d’affilée sur votre vélo (en fonction de votre niveau et du relief de votre secteur géographique).

Vous ne serez donc jamais confronté aux problèmes qui apparaissent après des journées successives à plus de 15 heures d’affilée de vélo…

Alors comment mettre tous les atouts de son côté ?

Atout PPG - Préparation Physique Générale

[ En anglais, « atout » se dit… trump … ]

La bonne formule c’est : PPG = Préparation Physique Générale.

En d’autres termes, ne pas se contenter d’un entrainement « purement vélo ».

Problèmes de nuque sur PBP et la TCR

Cyclistes ayant eu des soucis de nuque incapable de continuer à tenir leur tête durant Paris-Brest-Paris et la TCR…

À suivre…

[ Remarque : en ce 20 janvier 2017 Donald accède au pouvoir. Malgré son nom, pas sûr que ce soit un atout… Un amer hic pour la démocratie. Un affreux quack couac…
Quack = coin-coin ]

  5 Responses to “Le vélo : sport complet ?”

  1. Salut Roland,

    Belle approche de la préparation physique nécessaire pour se sentir bien sur la « très » longue distance.
    Penses-tu nous donner quelques conseils dans un prochain article ? Avec par exemple des séances types de renforcement musculaire ?
    De mon côté, j’essaie de faire du gainage et des pompes (au feeling), et aussi une séance de natation par semaine.
    Je suis novice dans la longue distance, et mon objectif majeur serait la TCR, est-ce un rêve ou une réalité, seul l’avenir me le dira 😉

    Jérémy

    • Salut Jérémy,

      Oui j’ai prévu de compléter cet article par d’autres…
      Ce que j’apprécie dans des épreuves comme la TCR c’est que cela fait appel à de nombreuses capacités et pas seulement à pédaler vite quelques heures le nez dans le guidon.
      La capacité à endurer des heures entières de vélo des jours durant, seul et sans assistance…
      Le fait de savoir « naviguer » et trouver à se nourrir avec des produits différents de ceux que l’on trouvera chez nous…
      Connaitre son matériel, savoir quoi emporter sans pour autant se charger comme une mule…
      Bref pour tout ça, aligner des kilomètres aide bien mais ne suffit pas.
      Mais il existe également « plein » d’autres aventures tout aussi intéressantes que la TCR (TAW, French Divide…).

      Peut-être à un de ces jours sur la route.
      Roland

  2. Je vois qu’on a la même conception du vélo 😉
    Hâte de lire tes futurs articles…

  3. Voilà un article qui promet d’être intéressant.

    Je suivrai cela de prêt.

    José

  4. pas d’argent dans le vélo (tout du moins chez les cyclos)
    pas de sponsoring bancaire…
    alors « de prés » ou de loin
    nous on y est prêt.
    vivi

Leave a Reply to Roland Cancel reply

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

(required)

(required)