21 Août2015
 

TCR - 4282 km ©cyclo-long-cours.fr Huit jours après mon arrivée à Istanbul, un petit point en attendant le, ou plutôt les comptes rendus.

Comme je l’écrivais le lendemain de l’arrivée je ne souffre d’aucune douleur suite à cette épreuve hors du commun.
Rythme cardiaque, pression artérielle, tout est normal.

Bien que tout le monde me pose la question « alors, tu as perdu combien ? »… je ne me suis pas pesé !

Cela dit, depuis mon retour une énorme fatigue s’est abattue sur moi ! Un énorme besoin de sommeil !
Je mange également « comme quatre » !
Je me donne jusqu’à la fin du mois avant de redevenir raisonnable… pour l’instant je cède à toutes mes envies !

Le tracker satellite a été renvoyé à « l’organisation »… nul doute que ce système est vraiment génial. À tel point que j’envisage sérieusement d’en acheter un pour de futures Aventures au long cours…

Mon carton validé :

TCR 2015 - Rider n° 136 - Roland GUILLON ©cyclo-long-cours.fr

Compte tenu du décalage horaire (Grèce et Turquie ont une heure de plus que nous) j’ai mis 19 jours, 19 heures et cinq minutes…

Les cinq minutes c’est pour ne pas m’être précipité pour faire valider mon carton mais avoir discuté un minimum avec un collègue arrivé peu avant… Le barman avait bien vu que j’étais là puisque j’avais posé mon vélo contre son comptoir mais il a attendu que je lui donne mon carton… Mais inutile de chipoter pour si peu !

L’essentiel pour moi est d’être allé jusqu’au bout de ce périple difficile physiquement et extrêmement dangereux du fait d’une circulation intense, anarchique et totalement ignorante des règles élémentaires de sécurité routière… sans parler des attaques quotidiennes de meutes de chiens sauvages…

Au-delà de ces difficultés propres à l’épreuve et aux pays traversés, aller au bout de celle-ci lorsque je m’y suis inscrit pouvait tout simplement sembler : « Mission impossible »…

TCR 2015 - Mission impossible ©cyclo-long-cours.fr

Votre mission, si vous l’acceptez, consistera à rallier Istanbul à vélo en partant des Flandres. Vous ne pourrez compter ni sur l’organisation ni sur quiconque pour vous venir en aide. Les chiens, les voitures et les camions chercheront par tous les moyens à vous tuer. Vous risquez d’être détruit avant la fin de cette bande !

  5 Responses to “TCR : Premier debriefing”

  1. Salut Roland,

    Content que tout aille bien. Je pense que le besoin de sommeil en est un signe.

    Quant à la morfallerie, elle va s’estomper d’elle-même, à l’inverse de ton envie de dévorer les kilomètres.

    Es-tu allé faire un petit coucou aux cyclos de PBP ?

    A bientôt pour lire LES comptes rendus.

    Daniel

  2. BIEN, ton propre (futur ?) tracker. Comme ça, on pourra continuer à jouer les voyeurs, savoir où tu t’arrêtes, où tu dors etc…
    Ou pas, si on résiste.

    Pour la perte de poids, sûr que tu en as perdu. J’ai vu des tofs « avant/après » d’un participant, j’sais plus lequel. C’était saisissant, même en tenant compte de l’angle, lumière etc, des photos.

    Mais je vois que tu t’emploies activement (plus l’Allemagne à venir) à remédier à celà. Dommage, tu pouvais devenir grimpeur ailé 🙂
    Et, pas dommage, parce que …faut pas déconner avec le poids de(s) forme(s).

    Sinon, comme certains l’ont suggéré, il me semble, ce n’est pas des CR qu’il va falloir faire mais un livre…
    (Je plaisante, bien entendu)

    • Jean-Louis, avec le mouchard, ce qu’on espionne, ce n’est jamais que le vélo (et encore).

      😉

      Pascal

      • Le randonneur solitaire n’est jamais loin de son vélo. Le randonneur solitaire et son vélo sont une entité indissociable.

  3. Si les vendanges sont précoces cette année, les tardives ont aussi leur adeptes.
    Patience , donc.

Leave a Reply to Pascal Dupont Cancel reply

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

(required)

(required)