14 Jan2015
 

Lors des formalités d’inscription à la Transcontinental Race nous avions à répondre à toute une série de questions concernant notre vision de la notion d’autonomie.

L’autonomie de chaque concurrent est en effet une chose fondamentale sur laquelle l’organisation de la TCR 2015 insiste lourdement.

Personnellement c’est une notion à laquelle je suis très attaché et c’est pour moi un des attraits de cette épreuve (le même parcours avec une voiture suiveuse n’aurait bien évidemment pas la même dimension…).

Depuis que nous savons que notre candidature est retenue c’était « silence radio » du côté de l’organisation…

Mais voici que sur son site elle vient de publier deux articles venant préciser la notion d’autonomie dans le règlement de la TCR 2015.

  • Véhicule d’assistance personnel

    C’est clairement contraire à la notion d’autonomie prévue par le règlement !

  • S’arrêter chez soi

    Là encore la réponse est NON. Le règlement est clair : « celui qui s’arrête chez lui en cours de route, n’a plus qu’à y rester ! »

  • S’arrêter chez des amis

    Ceci est également contraire au règlement.
    Tout support (hébergement, approvisionnement ou aide de toute nature) apporté par des amis, que ce soi chez eux où sur le domaine public est totalement contraire au règlement.

  • S’arrêter chez un vélociste

    Aucun souci. Il s’agit d’une aide commerciale accessible à tous les concurrents.
    Donc conforme au règlement.

  • S’arrêter en dehors des heures ouvrables chez un ami vélociste

    Le problème n’est pas que ce vélociste est un ami, mais qu’il n’est ouvert que pour vous. Si c’est la cas, il s’agit d’assistance personnelle et c’est donc interdit par le règlement.

  • Obtenir une bouteille d’eau d’un inconnu

    Ceci n’est pas contraire au règlement.

  • Prendre un repas chez l’habitant

    S’il s’agit de parfaits inconnus, que l’aide n’a pas été sollicitée mais aimablement proposée, ce n’est pas contraire au règlement.
    Mais attention tout de même car cela peut prêter à questionnement et de toute façon ce n’est pas le meilleur moyen pour se ravitailler rapidement dans le cadre d’une course !

  • Accepter d’être hébergé chez l’habitant

    Là encore ce n’est pas contraire au règlement s’il s’agit d’inconnus et que l’aide n’a pas été arrangée ou sollicitée.
    Mais c’est plutôt à éviter.

  • S’envoyer à l’avance un paquet dans un hôtel

    Ceci est interdit par le règlement.
    En effet, on peut imaginer qu’un concurrent au budget « sans limite » s’envoie un grand nombre de colis tout au long du parcours. L’organisation veille à ce que la course reste financièrement accessible à tout un chacun et estime que ce type de support n’est pas acceptable.

  5 Responses to “TCR 2015 : précisions concernant l’autonomie”

  1. MAMAMIA…!!!! ça ne rigole pas… Ils vont dans le détail…
    Pour le seul plaisir de la discussion, il sera difficile de prouver qu’un hébergement chez l’habitant n’a pas été sollicité – si tu te trouves en pleine campagne dans une région ravitaillée seulement par les corbeaux…
    Où en es-tu de ta préparation physique – combien de km au compteur (?)

    • Ça frise un peu la débilité, imagine que tu passes devant chez ton frère, tu vas pas aller bouffer au resto à coté à moins que tu sois fâché avec le frangin hi hi.

      • Ne pas oublier qu’il s’agit d’une course et non pas d’un « simple » brevet.

        L’organisation tient à l’équité entre les concurrents.
        En dehors des exemples précis donnés par l’organisation, l’esprit du règlement est clair : n’est autorisé que ce qui est accessible à TOUS les concurrents et donc est interdit ce qui relève du service particulier de tel ou tel qui dans ce cas n’est autre que de l’assistance extérieure.

  2. J’aime beaucoup l’esprit de ce règlement. Loin de trouver cela débile, c’est même dans cet esprit que je fait la quasi-totalité de mes brevets.
    J’avoue toutefois qu’une fois, à l’occasion d’un gros brevet avoir accepté par une nuit glaciale l’invitation d’un groupe de participants qui allaient se réchauffer, boire un café et manger une part de gâteau chez l’un de leur pote qui les avait accompagné sur quelques kilomètres… J’en ai encore des bouffées de remord.

    Bon après, l’équité chez tous les participants, il y a quant même les limites budgétaires : je me suis laissé dire qu’un certain privilégié allait participer avec un vélo titane de bonne facture, ce qui n’est pas à la portée de toutes les bourses…

    • Salut Alain,

      Je pensais bien qu’un gars comme toi ne pouvait qu’être en accord avec cette façon de voir l’autonomie.

      Pour ta dernière pique remarque… le financier pourrait te répondre qu’il ne faut pas confondre dépenses d’investissement (un beau vélo) et dépenses de fonctionnement (réserver plus de chambres d’hôtel que nécessaire, s’envoyer des colis pour chaque étape…) !
      Au-delà de la boutade, je ne pense pas qu’il y ait beaucoup de concurrents sur cette course à partir avec un vélo de supermarché…
      Et le « vélo titane de bonne facture » est rendu obligatoire par mon gabarit personnel. Hors les grandes tailles font partis des handicaps qui coûtent cher mais qui ne sont pas pris en charge par les aides sociales !!!

Leave a Reply to jean claude PIPET Cancel reply

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

(required)

(required)